Hubert Falco
Ancien Ministre, Sénateur-Maire de Toulon

Dès 2001, pour faire face à l’abandon dont la ville avait été victime le mandat précédent et pour redonner à Toulon sa place de Capitale du Var, mon équipe et moi-même avons mis en œuvre un indispensable programme global de rétablissement de la vitalité et de l’image de la ville.
De nos écoles à nos musées en passant par nos routes et nos plages, aucun domaine n’a été négligé.
Cependant, force est de constater que la partie la plus complexe, la plus lourde mais aussi celle qui comptait le plus pour l’avenir des Toulonnais, c’était la renaissance du centre-ville et en particulier de son centre historique.
Il s’agissait là d’un enjeu majeur. Le centre-ville était en déshérence… Mal entretenu, mal aménagé, délaissé, déserté, les espaces publics étaient abandonnés, l’habitat privé était délabré, paupérisé, les rues étaient défoncées, les réseaux antiques, il n’y avait plus ni commerce, ni culture, ni vie sociale.
Seize ans après, le cœur de ville s’est métamorphosé. Il est impossible de lister toutes nos réalisations dans un éditorial, mais n’oublions pas, à titre d’exemple, que nous avons refait la Place de la Liberté, la place du théâtre, l’avenue de la République, nous avons ouvert un théâtre, un cinéma, nous avons rénové l’opéra, nous avons insufflé une politique de ravalements des immeubles privés, nous avons pavé les rues, créé des fontaines, accompagnés la création de commerces et de structures culturelles, favorisé le retour des étudiants, nous avons obtenu la création de la seule zone franche urbaine en centre-ville, nous avons ramené grâce à une vraie politique de sécurité, de propreté, grâce à une politique culturelle et commerciale volontariste, activité, dynamisme et jeunesse en centre-ville… Et nous allons continuer dans ce sens, nous avons de grands projets. Chalucet, bien sûr, la rue d’Alger qui va s’ouvrir bientôt sur l’îlot Baudin, mais aussi la renaissance du centre historique avec comme fer de lance la place du Globe, la place des Savonnières, la place de l’Equerre et la rue Pierre Sémard, que je vous invite tous à visiter et revisiter au rythme de la culture et de l’art de vivre…

Grâce à un esprit collectif et à la participation de tous, en équipe, nous avançons dans tous les domaines : les services de la Ville, notre concessionnaire Var Aménagement Développement, l’Agence Nationale de Renouvellement Urbain, l’Etat, la Région, le Département, l’Agglomération, les investisseurs privés, la Caisse des Dépôts, les associations et bien sûr l’ensemble des occupants des locaux commerciaux qui croient avec nous en la reprise du centre-ville.

Sans cette cohésion exemplaire, à laquelle m’avait incité Jean-Louis Borloo en 2002, alors Ministre de la Ville, ce projet formidable mêlant culture, commerce, habitat, urbanisme n’aurait pas pu aboutir et la transformation de la rue Pierre Sémard et la création de la Place de L’Equerre n’aurait pas pu avoir lieu ! C’est pourquoi, avec la conviction que c’est la seule façon de faire, je veux remercier l’ensemble des acteurs participant à cette belle aventure collective.

Hélène Audibert

Adjoint au Maire de Toulon déléguée à la Rénovation Urbaine, à la Stratégie Centre-Ville et à l’Habitat-Logement.
Présidente de la Commission Culture du Conseil Départemental du Var.

La reconquête du centre ancien de Toulon a été, dès 2001, la priorité d’Hubert FALCO et de son équipe municipale.
Pour cela un ambitieux programme de rénovation urbaine a permis au cœur de la Ville de retrouver sa place au sein de l’agglomération toulonnaise.
Les aménagements urbains, la reconquête ou la création d’espaces publics, de nouveaux équipements et surtout l’action forte sur les immeubles pour retrouver un habitat de qualité ont été le travail de fonds réalisé durant ces années.
L’art et la Culture vont désormais permettre à chacun de se réapproprier la Ville.
La place du Globe a été le lieu de départ et d’expérimentation de cette volonté.
Dès 2002, le Maison de la Photographie a été inaugurée dans les anciens locaux des Bains-Douche. Ensuite des associations dans le domaine des arts plastiques ont développé des actions qui aujourd’hui se réalisent avec l’ouverture de deux espaces originaux : le Metaxu et le Port des Créateurs, concepts innovants qui proposeront et accueilleront la création artistique émergente.
Aujourd’hui, le volet commercial de notre action se concrétise sur l’axe reliant la place d’Armes et la rue d’Alger.
La rue Pierre Sémard et la place de l’Equerre deviennent le lieu d’une opération originale proposant commerces et galeries avec un fil conducteur : l’art de vivre et la décoration.
La société CARIM a proposé cette thématique en insistant sur le volet événementiel et animation.
Avec la Caisse des Dépôts et Consignation, le choix a été fait de constituer une société patrimoniale avec CARIM et la SEM VAD afin de garantir la pérennité de ce projet.
Aujourd’hui, cette opération participe à l’attractivité du cœur de Ville et s’insère parfaitement dans le tissu commercial et culturel existant et à venir.

Jérôme Chabert (directeur général V.A.D), Richard Curnier (directeur Régional, C.D.C), Hélène Audibert (Adjointe au maire de Toulon,Présidente de VAD), Christelle Assié (Directrice territoriale Alpes Var et Vaucluse, C.D.C), Julie Liger (Directrice artistique), Jacques Mikaélian (gérant SCI Semard Equerre développement).

La SCI Equerre Sémard Développement : un partenariat privé-public exemplaire.

Issu au départ d’un appel à projet engagé à la demande de la Ville de Toulon par VAD, ce projet de Rue des Arts proposé par la SARL CARIM a finalement fait l’objet d’un montage exceptionnel où se sont associés « privé » et « public » par la constitution d’une SCI qui réunit la Caisse des dépôts (34%), la SEM VAD (15%) et la SARL CARIM (51%), ce qui d’une part a permis d’étendre le projet à la place de l’Equerre et d’autre part, surtout permet d’assurer, par la présence de ces acteurs publics, la pérennité des objectifs conférés à cette opération d’intérêt collectif, et notamment l’accueil d’activités réservées à l’art et l’art de vivre. Ces partenaires sont intervenus en capital, le financement complémentaire étant assuré par la Caisse d’Epargne Côte d’Azur.

Jacques Mikaélian
Gérant de la Société Carim, gérant de la SCI Equerre Sémard Développement

En tant que successivement urbaniste, maître d’ouvrage public et promoteur immobilier dans le Var, j’ai souhaité, au travers de la création de SCI Equerre Sémard Développement, constituée en association avec la Caisse des Dépôts et la société d’économie mixte VAD, participer à la transformation de l’ensemble urbain rue Pierre Sémard et place de l’Equerre en offrant aux Toulonnais un espace vivant, jeune et attractif, destiné à l’art et à l’art de vivre.

Cette ambition de création par la culture d’un lien structurant et affectif entre population et territoire, je l’intègre au projet de revitalisation du centre ancien menée depuis de nombreuses années par la Ville de Toulon et VAD.

Plus de vingt-cinq boutiques sont aménagées pour constituer un lieu à la fois commercial et artistique qui réunit des activités vivantes, singulières et renouvelées ; pour compléter cette attractivité, cet espace est le support, par un accrochage extérieur d’expositions photographiques de qualité et profite d’une animation lumineuse exceptionnelle, le tout constituant une curiosité touristique.

Enfin, grâce à la thématique retenue, cet espace, pour renforcer sa notoriété, sera l’objet :

  • d’une communication forte et structurée, en s’appuyant sur le dynamisme de l’ensemble des activités installées et sur l’énergie participative des intervenants extérieurs intéressés par la qualité présentée,
  • d’une programmation permanente d’évènements, organisée avec les acteurs de la rue, en lien avec le calendrier de manifestations de la ville et avec leurs intervenants,

sa fréquentation populaire étant confortée, notamment le soir, par la convivialité des restaurants et bars installés place de l’Equerre et par diverses animations développées par ces établissements ainsi que par les commerces et galeries de la rue.

puce

Hubert Falco
Ancien Ministre, Sénateur-Maire de Toulon

Dès 2001, pour faire face à l’abandon dont la ville avait été victime le mandat précédent et pour redonner à Toulon sa place de Capitale du Var, mon équipe et moi-même avons mis en œuvre un indispensable programme global de rétablissement de la vitalité et de l’image de la ville.
De nos écoles à nos musées en passant par nos routes et nos plages, aucun domaine n’a été négligé.
Cependant, force est de constater que la partie la plus complexe, la plus lourde mais aussi celle qui comptait le plus pour l’avenir des Toulonnais, c’était la renaissance du centre-ville et en particulier de son centre historique.
Il s’agissait là d’un enjeu majeur. Le centre-ville était en déshérence… Mal entretenu, mal aménagé, délaissé, déserté, les espaces publics étaient abandonnés, l’habitat privé était délabré, paupérisé, les rues étaient défoncées, les réseaux antiques, il n’y avait plus ni commerce, ni culture, ni vie sociale.
Seize ans après, le cœur de ville s’est métamorphosé. Il est impossible de lister toutes nos réalisations dans un éditorial, mais n’oublions pas, à titre d’exemple, que nous avons refait la Place de la Liberté, la place du théâtre, l’avenue de la République, nous avons ouvert un théâtre, un cinéma, nous avons rénové l’opéra, nous avons insufflé une politique de ravalements des immeubles privés, nous avons pavé les rues, créé des fontaines, accompagnés la création de commerces et de structures culturelles, favorisé le retour des étudiants, nous avons obtenu la création de la seule zone franche urbaine en centre-ville, nous avons ramené grâce à une vraie politique de sécurité, de propreté, grâce à une politique culturelle et commerciale volontariste, activité, dynamisme et jeunesse en centre-ville… Et nous allons continuer dans ce sens, nous avons de grands projets. Chalucet, bien sûr, la rue d’Alger qui va s’ouvrir bientôt sur l’îlot Baudin, mais aussi la renaissance du centre historique avec comme fer de lance la place du Globe, la place des Savonnières, la place de l’Equerre et la rue Pierre Sémard, que je vous invite tous à visiter et revisiter au rythme de la culture et de l’art de vivre…

Grâce à un esprit collectif et à la participation de tous, en équipe, nous avançons dans tous les domaines : les services de la Ville, notre concessionnaire Var Aménagement Développement, l’Agence Nationale de Renouvellement Urbain, l’Etat, la Région, le Département, l’Agglomération, les investisseurs privés, la Caisse des Dépôts, les associations et bien sûr l’ensemble des occupants des locaux commerciaux qui croient avec nous en la reprise du centre-ville.

Sans cette cohésion exemplaire, à laquelle m’avait incité Jean-Louis Borloo en 2002, alors Ministre de la Ville, ce projet formidable mêlant culture, commerce, habitat, urbanisme n’aurait pas pu aboutir et la transformation de la rue Pierre Sémard et la création de la Place de L’Equerre n’aurait pas pu avoir lieu ! C’est pourquoi, avec la conviction que c’est la seule façon de faire, je veux remercier l’ensemble des acteurs participant à cette belle aventure collective.

puce

Hélène Audibert
Adjoint au Maire de Toulon déléguée à la Rénovation Urbaine, à la Stratégie Centre-Ville et à l’Habitat-Logement.
Présidente de la Commission Culture du Conseil Départemental du Var.

La reconquête du centre ancien de Toulon a été, dès 2001, la priorité d’Hubert FALCO et de son équipe municipale.
Pour cela un ambitieux programme de rénovation urbaine a permis au cœur de la Ville de retrouver sa place au sein de l’agglomération toulonnaise.
Les aménagements urbains, la reconquête ou la création d’espaces publics, de nouveaux équipements et surtout l’action forte sur les immeubles pour retrouver un habitat de qualité ont été le travail de fonds réalisé durant ces années.
L’art et la Culture vont désormais permettre à chacun de se réapproprier la Ville.
La place du Globe a été le lieu de départ et d’expérimentation de cette volonté.
Dès 2002, le Maison de la Photographie a été inaugurée dans les anciens locaux des Bains-Douche. Ensuite des associations dans le domaine des arts plastiques ont développé des actions qui aujourd’hui se réalisent avec l’ouverture de deux espaces originaux : le Metaxu et le Port des Créateurs, concepts innovants qui proposeront et accueilleront la création artistique émergente.
Aujourd’hui, le volet commercial de notre action se concrétise sur l’axe reliant la place d’Armes et la rue d’Alger.
La rue Pierre Sémard et la place de l’Equerre deviennent le lieu d’une opération originale proposant commerces et galeries avec un fil conducteur : l’art de vivre et la décoration.
La société CARIM a proposé cette thématique en insistant sur le volet événementiel et animation.
Avec la Caisse des Dépôts et Consignation, le choix a été fait de constituer une société patrimoniale avec CARIM et la SEM VAD afin de garantir la pérennité de ce projet.
Aujourd’hui, cette opération participe à l’attractivité du cœur de Ville et s’insère parfaitement dans le tissu commercial et culturel existant et à venir.

puce

Jacques Mikaélian
Gérant de la Société Carim, gérant de la SCI Equerre Sémard Développement

En tant que successivement urbaniste, maître d’ouvrage public et promoteur immobilier dans le Var, j’ai souhaité, au travers de la création de SCI Equerre Sémard Développement, constituée en association avec la Caisse des Dépôts et la société d’économie mixte VAD, participer à la transformation de l’ensemble urbain rue Pierre Sémard et place de l’Equerre en offrant aux Toulonnais un espace vivant, jeune et attractif, destiné à l’art et à l’art de vivre.

Cette ambition de création par la culture d’un lien structurant et affectif entre population et territoire, je l’intègre au projet de revitalisation du centre ancien menée depuis de nombreuses années par la Ville de Toulon et VAD.

Plus de vingt-cinq boutiques sont aménagées pour constituer un lieu à la fois commercial et artistique qui réunit des activités vivantes, singulières et renouvelées ; pour compléter cette attractivité, cet espace est le support, par un accrochage extérieur d’expositions photographiques de qualité et profite d’une animation lumineuse exceptionnelle, le tout constituant une curiosité touristique.

Enfin, grâce à la thématique retenue, cet espace, pour renforcer sa notoriété, sera l’objet :

  • d’une communication forte et structurée, en s’appuyant sur le dynamisme de l’ensemble des activités installées et sur l’énergie participative des intervenants extérieurs intéressés par la qualité présentée,
  • d’une programmation permanente d’évènements, organisée avec les acteurs de la rue, en lien avec le calendrier de manifestations de la ville et avec leurs intervenants,

sa fréquentation populaire étant confortée, notamment le soir, par la convivialité des restaurants et bars installés place de l’Equerre et par diverses animations développées par ces établissements ainsi que par les commerces et galeries de la rue.

Jérôme Chabert (directeur général V.A.D), Richard Curnier (directeur Régional, C.D.C), Hélène Audibert (Adjointe au maire de Toulon,Présidente de VAD), Christelle Assié (Directrice territoriale Alpes Var et Vaucluse, C.D.C), Julie Liger (Directrice artistique), Jacques Mikaélian (gérant SCI Semard Equerre développement).

puce

La SCI Equerre Sémard Développement : un partenariat privé-public exemplaire.

Issu au départ d’un appel à projet engagé à la demande de la Ville de Toulon par VAD, ce projet de Rue des Arts proposé par la SARL CARIM a finalement fait l’objet d’un montage exceptionnel où se sont associés « privé » et « public » par la constitution d’une SCI qui réunit la Caisse des dépôts (34%), la SEM VAD (15%) et la SARL CARIM (51%), ce qui d’une part a permis d’étendre le projet à la place de l’Equerre et d’autre part, surtout permet d’assurer, par la présence de ces acteurs publics, la pérennité des objectifs conférés à cette opération d’intérêt collectif, et notamment l’accueil d’activités réservées à l’art et l’art de vivre. Ces partenaires sont intervenus en capital, le financement complémentaire étant assuré par la Caisse d’Epargne Côte d’Azur.