Skip to main content

décembre, 2018

08décAll Day23févExposition Emmanuel + Vincent Barré @ Galerie du Canon

Couverture Galerie du Canon Toulon

Détails de l'événement

Du 8 décembre 2018 au 23 février 2019, la Galerie du Canon vous présente sa nouvelle exposition.

 

EMMANUEL

Emmanuel a, dès ses débuts, clairement et irréversiblement choisi le camp de l’art construit. Il utilise des matériaux simples comme des feuilles de papier Canson, ou des plaques de verre et de bois, qui sous sa main font oublier leur origine modeste et acquièrent une beauté formelle et une somptuosité inattendues. Ainsi le papier Canson a fait l’objet de nombreuses séries au moyen de découpages, d’incisions et de superpositions, à l’image du Kirigami japonais qui, contrairement à l’Origami, récuse le pliage. Dans un même souci de simplicité Emmanuel utilise une gamme de couleurs extrêmement limitée, essentiellement réduite au noir et blanc, prenant la forme de compositions strictement géométriques fondées sur des figures simples tels le carré ou le cube, lointains échos de Malevitch et d’Albers. Par son implacable rigueur et la précision de son travail, Emmanuel peut être rapproché de François Morrelet dont il partage l’humour, et par sa simplicité, des Minimalistes américains notamment Larry Bell par son attrait pour le cube et le verre.
L’art d’Emmanuel repose essentiellement sur le jeu des contrastes noir mat/noir brillant, noir/blanc. S’y ajoutent la superposition des plans, le vide et le plein, ainsi que le rôle joué par les interstices qui séparent des éléments différents pour donner à l’œuvre son rythme et sa respiration.

 

VINCENT BARRÉ

Vincent Barré évoque l’histoire de la sculpture à travers ses colonnes sur socles comme autant de parties d’un tout qui peuplaient l’atelier de Brancusi. Se dessinent dans ses fontes d’aluminium les traits d’assemblages semblables à ceux de Rodin qui dévoilait des accidents.
L’artiste va d’ailleurs à leur rencontre dans sa recherche de la forme. C’est avec le temps éprouvé à faire corps avec son ouvrage, à le ressentir dans sa chair et dans ses mains que Vincent Barré accède à ce qu’il nomme « la chose palpitante du corps ». La matière se dilate, se gonfle et puis s’enfonce, formes charnelles d’un corps fragmenté. On retrouve le rapport au vivant, même dans l’inanimé ; s’en dégage la chaleur de la terre avec les teintes de charbon et de bois brûlé.
Et le continuum de ce morcellement nous dit que la forme n’est jamais finie. Celle-ci réapparait de sculpture en sculpture, de trait en trait, en filigrane. Les dessins de Barré parlent encore de sculpture. Comme si couchés sur le papier, ses bronzes et ses fontes devenaient plus légers qu’une feuille, aériens, des silhouettes dansantes. Vincent Barré est bel et bien un penseur de la forme : du vide au plein dans ses sculptures et les contours de ses dessins comme des images-objets.

Date et heure

Décembre 8 (Samedi) - Février 23 (Samedi)

Lieu

Rue Pierre Sémard - 83000 TOULON

X